Le Petit Diamant

Il était une fois un petit diamant qui vivait au pays des diamants. Ce petit diamant n’aimait pas les jours de mauvais temps, qui le mettaient dans une humeur terrible. Ce qu’il aimait par dessus tout c’était se mettre au soleil et voir briller ses multiples facettes. Il y prenait beaucoup de plaisir et le faisait le plus souvent possible. Une chose cependant le préoccupait : quelque soit la façon dont il se positionnait, une part de lui était toujours à l’ombre. Il n’arrivait jamais à faire étinceler toutes ses facettes en même temps. Il cherchait une réponse, demander à ses parents, mais ceux-ci ne savaient pas quoi lui répondre. Un jour son père fatigué de ses questions et lamentations continuelles, lui répondit la chose suivante : « va donc au cœur de la montagne, dont nous sommes tous issus. Peut-être y trouveras tu une réponse. »

 

Le petit diamant n’attendit pas, et le lendemain prenait le chemin du départ. Il parcourut un long chemin avant d’y arriver. Une fois au pied de la montagne, il trouva une grotte. De celle-ci, semblait partir un long boyau qui s’enfonçait dans le cœur de la montagne. Poussé par le désir de comprendre, le petit diamant, malgré l’obscurité la plus complète s’avança vaillamment dans le souterrain. Soudain au détour d’un virage, il vit une lumière éclatante, qui semblait provenir d’une grotte, devant lui. Il s’approcha et le spectacle qui s’offrit à ses yeux le subjugua. Là, au cœur de la montagne, se trouvait un magnifique diamant, étincelant de toutes ses facettes. Devant, derrière, en dessous, au dessus, toutes brillaient en même temps. Comment cela était il possible alors qu’aucune lumière ne parvenait jusqu’ici ? Il venait à peine de s’interroger qu’un questionnement comme une réponse, surgit en lui : « pourquoi chercher dehors ce que tu peux trouver à l’intérieur ? »

 

Interloqué, il scruta ce magnifique diamant qui semblait trôner au cœur de la montagne, et ce qu’il vit le désempara encore plus. La lumière ne provenait pas de l’extérieur, elle venait de l’intérieur même du diamant. Comment cela était il possible ? Comment ce diamant pouvait-il avoir une telle lumière à l’intérieur de lui s’interrogeait le petit diamant.

Soudain le gros diamant s’adressa à lui : « toi aussi tu as cette lumière à l’intérieur de toi. Tu la verrais si tu prenais le temps de diriger ton regard vers toi, plutôt que d’être toujours absorbé par l’extérieur. Si tu arrêtais de regarder et de supplier le soleil comme tu le fais pour qu’il te fasse briller, et si tu prêtais attention à cette flamme qui brille au plus profond de toi ».

Quelle flamme, mais de quoi parle t-il s’interrogeait le petit diamant ? Il était de plus en plus étonné. Regarder à l’intérieur ? Voilà bien quelque chose de tout à fait nouveau et étrange, qu’on ne lui avait jamais appris. Dès son plus jeune âge, comme des générations de diamant avant lui, il avait appris à se positionner par rapport au soleil pour paraître toujours plus brillant au regard des autres. Il ne lui était jamais venu à l’esprit de se préoccuper d’une soi-disant lumière intérieure. D’ailleurs il lui semblait bien ne jamais avoir porté son regard à l’intérieur de lui-même. « C’est pourtant là que tu trouveras réponse à ta question » semblait lui dire encore une fois le gros diamant.

 Prenant son courage à deux facettes, et malgré sa peur, le petit diamant en clignant légèrement les yeux regarda à l’intérieur de lui-même. Et oh surprise que vit-il ? Comme une flamme qui brillait au cœur de son être. Ca alors ! Curieux il osa jeter un deuxième coup d’œil. Quelle belle lumière se dit-il, mais comment se fait il qu’elle ne rayonne pas plus à l’extérieur. En y regardant de plus près, il découvrit bientôt que certaines de ces facettes semblaient transparentes et laisser passer la lumière de sa flamme, mais que la plupart d’entre elles, étaient comme encrassées empêchant la lumière de passer. A tant regarder dehors, il n’avait pas tellement fait attention à son intérieur, et il semblait qu’un bon ménage soit nécessaire. Comment une telle poussière avait-elle pu s’accumuler au fil des ans ?

Il décida alors d’opérer méthodiquement et d’aller voir de plus près chacune de ces facettes. Il se rendit compte rapidement que chacune de ses facettes étaient distinctes les unes des autres. Chacune avait sa tonalité, sa spécificité : il y  avait la facette mathématicienne, la facette farceuse, la facette coléreuse, la facette grognon, la facette musicienne… Il se souvint alors que ses parents lui avaient appris à mettre certaines facettes à la lumière au détriment des autres. Par exemple il avait le droit de s’occuper de sa facette mathématicienne, mais pas trop de la facette musicienne. Certaines facettes pouvaient être montrées, d’autres devaient disparaître bien vite, comme celle qui aimait faire des blagues, ou celle qui piquait des grosses colères. Certaines facettes comme la facette joueuse pouvait être à la lumière mais limiter son éclat, c’est à dire qu’il avait droit de jouer mais sans faire de bruit et seulement à certains jeux. S’il n’était pas d’accord et mettait une facette en avant contre l’avis de ses parents, il se faisait gronder, ou ses parents ne l’écoutaient pas, lui expliquaient qu’il avait tort, qu’il était trop petit pour savoir ce qui était bon pour lui, et qu’il devait écouter les adultes qui eux savaient.

C’est ainsi que toutes ces facettes qu’ils ne devaient pas montrer, étaient tombées dans l’oubli et il ne s’en était plus jamais occupé. Il avait fini par oublier leur existence.

 Ignorant, dans une telle poussière, quelle facette se cachait à tel ou tel endroit, le petit diamant décida de partir à leur rencontre, muni d’un stock de mouchoirs en papier pour les nettoyer. Certaines facettes étaient très tristes d’avoir été aussi longtemps abandonnées, et le petit diamant pleura beaucoup à leur contact. Le stock de mouchoirs filait rapidement mais le petit diamant avait pris ses précautions. D’autres facettes étaient très en colère contre le petit diamant : elles lui en voulaient beaucoup. Le petit diamant leur expliqua la raison pour laquelle il avait dû les abandonner. Au fur et à mesure que chacune exprimait ce qu’elle avait sur le cœur, et s’accueillait dans son émotion, le voile de poussière disparaissait. A chaque rencontre le petit diamant se sentait plus riche, car chacune de ses facettes nouvellement retrouvée semblait alors communier avec lui. Il avait l’impression de grandir, de devenir de plus en plus vaste, de plus en plus plein de lui même et présent à lui-même : il devenait le petit diamant farceur, musicien, mathématicien, blagueur, coléreux, et non pas seulement le petit diamant de quelques facettes. Ce n’était plus une facette à la place d’une autre, c’était un enrichissement d’une facette avec une autre. Il se dit à lui même : « comme j’ai de la chance, avec les milliers de facettes que j’ai, je ne vais pas arrêter de m’amuser et de prendre conscience de toutes ces parts de moi, toutes ces richesses que j’ai en moi ». Tout heureux il remercia chaleureusement le gros diamant au cœur de la montagne et repris le chemin du retour. L’obscur souterrain qu’il traversa n’était plus aussi obscur : il  était éclairé par la lumière intérieur du petit diamant qui étincelait de mille feux à travers ces facettes ! « Qu’importe désormais que le ciel soit gris » se dit il, «j’ai retrouvé mon soleil intérieur » et le sourire aux lèvres et le cœur léger le petit diamant rentra chez lui.

Stéphanie POTEVIN

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site